INTERVIEW

Interview By Chloé Villa - Librairie Au Chapelier Lettré

interview By Chloé Villa - Au Chapelier Lettré

Chronique DROSOPHILA

Chronique By Chloé Villa  Librairie

Au Chapelier Lettré

Découvrir la librairie

 
Chronique LCL.PNG

Le Pays Briard

Le Pays Briard - EDITIONS du 28/02/2020
Chronique By Chloé Villa - Librairie Au Chapelier Lettré

Le Pays Briard.jpg
Article Le Pays Briad.jpg

Le Pays Briard

Le Pays Briard - EDITIONS du 28/02/2020
Chronique By Chloé Villa - Librairie Au Chapelier Lettré

Article Le Pays Briad.jpg

 

MES VOYAGES LITTERAIRES

 

À propos de  Micheline ...

Lectrice et écrivaine, l'amour des livres me porte. Je vous partage ici mes chroniques littéraires et mes appréciations.

@mpoulain57

CHRONIQUE LITTÉRAIRE - DROSOPHILA
 

Québec  - Avril 2020

Mon commentaire COUP DE CŒUR : Quand on entreprend la lecture de nouvelles, on ne sait jamais où l’aventure va nous mener et si on va aimer. Et Drosophila fut un beau (mais trop court) voyage littéraire. J’ai cherché un lien avec le titre, et l’expression « prendre la mouche pour rien » ou la citation « …ne jamais sous-estimer la bête et sa capacité à faire la morte pour mieux redécoller sous votre nez… » élèvent un parallèle avec l’humain et la gamme d’émotions universelles qui lui est propre. Des nouvelles intéressantes : les premières sont en français moins « international » et certains termes m’ont échappé, mais dès la troisième, j’étais conquise par les mots et les maux de l’auteur. J’ai commencé ma lecture assez tard un soir dans le but de lire 2-3 nouvelles, et je me suis couchée très (mais très) tard avec nombre de pensées et d’images en tête! Et c’est peu de le dire puisque ce genre ne m’attire pas (en général). Mais j’ai beaucoup (beaucoup, beaucoup) aimé… J’ai appris que je suis atteinte de pavisme, i.e. la façon de concevoir l’amour dans sa forme la plus romantique. J’en souffre (mal incurable) et à sa façon, monsieur Mosca aussi! L’auteur nous réapprend la misère humaine, les vieux, les naissances, le partage, l’harmonie, l’alchimie. Il nous dessine des étoiles filantes, des bouteilles à la mer, des bancs publics à Paris, des escaliers en colimaçon. La vie se construit de milliers de dimanches, de sourires, de premières fois, de premières journées et autant de nuits d’arc-en-ciel avant la pluie, et non après. Et mille recherches, véritables expéditions pour se trouver et se retrouver, pour s’apprendre et gagner en expérience… Et défilent les Valérie, Annie, Isabelle et Marie et j’en passe, dans sa recherche de soi et de l’autre jusqu’au naufrage du cœur… avec le célibat en prime et la citation : « L’amour peut finir là où il a commencé! » Une question de l’auteur : Le célibat est-il vraiment une maladie socialement transmissible? Où trouver sa place? Dans quoi? Le travail, le sport, l’art? Cheminer dans sa vie vers où? Une autre citation : « On ne peut pas obliger les gens à être heureux ».
Je demeure une lectrice très émotive et ce livre intimiste m’a conquise. Je préfère l’écriture féminine (selon mes statistiques moins que scientifiques), mais Eric L. Mosca fait pencher la balance. En ce temps d’incertitude (et de confinement), passer quelques heures avec cet auteur m’a redonné espoir. Il n’y a pas de The End qui tienne et c’est quand il n’y a plus de place pour la poésie qu’on la retrouve pourtant.
Difficile pour moi de donner une note selon mon barème habituel, mais en me basant sur le style de l’auteur et les valeurs véhiculées, je donne un 9/10.

@mpoulain57

Chronique LY.PNG

Chronique Lyane A

 

 

À propos de Lyane A...

Lire, écrire : une passion à partager avec le plus grand nombre.Chroniqueuse officielle du groupe À la découverte des Nouveaux Auteurs et des Editions de l'Auguste. Comité de lecture NDB Editions. SP assurés pour les M.E et les Indépendants.

 

 

24 avril 2020

 

Note : Fond 3.5/5 – Forme 4/5

Avis : INTÉRIEUR

Je remercie l’auteur et le Lys bleu Éditions pour ce SP, d’autant plus que je n’ai pas pu répondre à leur attente aussi vite que je l’avais promis. J’espère qu’on ne m’en tiendra pas rigueur, car je me suis punie moi-même en retardant le plaisir pris à lire un monde intérieur des plus riches.

La plume est faite de distance, d’humour caustique, de passion, d’introspection presque maladive, et bizarrement tout ceci pour glorifier l’amour. Cet amour que le personnage principal cherche dans une quête absolue, durant laquelle les souffrances de la vie vont l’accompagner bien plus souvent qu’à son tour.

Drosophila comme titre m’a interpellée, et bien sûr, j’en ai cherché le pourquoi. Quand j’ai vu que c’est le nom scientifique des drosophiles, également désignées par le terme plus général de « mouches des fruits », j’ai cru comprendre le message comme vous le ferez vous-même en lisant ce recueil de nouvelles, toutes plus décalées les unes que les autres. Mais tout ceci avec une poésie désabusée qui sied parfaitement à l’ensemble.

Le dénominateur commun de tous ces textes est le Moi du personnage principal qui se révèle aussi terre à terre que lyrique. Sa rage de dents, page 34, nous plonge dans une réalité que toute personne qui en a connue une n’a pu oublier, ET en même temps, la veine poétique se veut trame indélébile de sa vie amoureuse.

C’est donc une belle surprise en peu de temps que je vous promets, si vous aimez ce style de lecture ; il vous suffira de rester en équilibre comme a si bien su le faire Éric L Mosca.

Les Chroniques de  Sandra

 

 

Blog : L'instant des lecteurs

À propos de Sandra...

Une passionnée qui partage ses lectures, ses petites anecdotes de lectrice et celles de Bibou Lecteur , ainsi que ses rencontres du monde littéraire...

 

 

26 avril 2020

 

Bienvenue dans un méli-mélo étonnant !

Ma Chère Lectrice, Mon Cher Lecteur, je vous embarque dans un recueil de nouvelles haut en couleurs ! Ça part dans tous les sens et avec beaucoup de justesse et de finesse ! Merci Eric pour votre confiance.

Un recueil de nouvelles, ce n'est jamais simple. A lire, à lier, à écrire. Il faut que cela ait du sens, il faut que chaque nouvelle soit aboutit. Sinon, cela vire à la catastrophe ! Eh bien ici, ce qui est surprenant, c'est qu'Eric L. Mosca arrive à lier un méli-mélo de dingue, parce qu'il y a de tout, et ça fonctionne ! Étonnant je vous dis ! Je ne vous ferai pas ici le détail de chaque petits textes, parce que c'est un ensemble qu'il faut prendre ici.

Mais, quelle mouche l'a piqué pour en arriver là ? Hum, avec Bibou, nous nous sommes pas mal posé la question ! Quand une mouche prend la mouche, elle est capable de tout ! Et Eric l'a prise...
Que ce soit de la chronique de vie, un quotidien routinier et usant, au scénario catastrophe, il nous emporte, il nous transporte avec le verbe haut. Avec cette façon déconcertante qu'il a de nous faire glisser sur une aile de ce petit être dit drosophile et de nous faire voler avec lui !

Certaines nouvelles sont emportées, d'autres graves. La première partie complètement barrée ! Où l'auteur nous livre son monde, ses paysages, ses environnements : sociaux, sociétaux. En paradoxe et tout en justesse, de son prisme il nous fait découvrir. La deuxième partie est quant à elle, plus grave, plus posée, plus tristounette.

Le style d'écriture d'Eric reste la richesse de ce recueil. On reconnaît sa patte (de mouche) dans chaque petit texte. Son évolution sur la vie, sur ce qui l'entoure, sur ce qu'il a vécu. On ressent une certaine amertume, une certaine douceur mais amère. Eh bien finalement, n'attirerait-on pas les mouches avec du vinaigre ? Et si elles buvaient carrément la bouteille ?!

Je me suis laissé embarquer par ses pointes de sentiments, d'émotions graves. Par ce fil ténu que dessine l'auteur avec sa plume de caractère. Il ne laisse pas insensible, oh non ! Il nous entraîne dans un tourbillon, dans une petite tornade de moments de vie, de moments volés, tel une photographie à un instant T, à un moment précis, dans différentes périodes de sa vie... Il nous transmet un sacré bataillon de corde sur l'arc de son écriture ! De ces sentiments, de ses questionnements.

Ma Chère Lectrice, Mon Cher Lecteur, je ne peux que vous inviter à découvrir « Drosophila » d'Eric L. Mosca, ce recueil étrange, vivant. Aux charmes désuets et pourtant d'une authenticité touchante. Un savant mélange de douceur, de sobriété et de gravité. Alors, vous embarquez sur l'aile de cette petite mouche ?

CaptureS.PNG

Dossier de presse